L'essaimage, pourquoi et comment ?

En temps normal, les phéromones émises en permanence par la reine empêchent les ouvrières de construire des cellules royales et d’y pondre. Si la reine se met à diffuser moins de phéromones, quelle qu’en soit la raison, la colonie est prise de la « fièvre d’essaimage ». Cette fièvre est détectable grâce à des signes précurseurs :

  • Les ouvrières bâtissent des cellules royales qui sont plus grosses que les autres et qui ont la particularité de pendre, contrairement aux cellules horizontales de mâles, d’ouvrières ou de stockage de pollen ou de miel.

  • Les ouvrières donnent des petits coups de tête à la reine et cessent de la nourrir. La reine pond donc de moins en moins. En temps normal, le couvain ouvert occupe plus de place que le couvain operculé Quelques jours avant l’essaimage, à cause du manque de place pour pondre mais surtout à cause du ralentissement de la ponte, le couvain operculé occupe plus de place que le couvain ouvert. C’est au moment où ce rapport s’inverse que l’essaim part.

  • Les ouvrières se mettent à pondre (uniquement des mâles qui seront utiles pour la fécondation de la prochaine reine).

  • Les ouvrières semblent désœuvrées sur la planche de vol. Leurs glandes à cire se développent et de petites plaques de cire apparaissent sur leur abdomen pour être prêtes à construire de nouveaux rayons de cire alvéolaires dans la future ruche.

Quand la reine consent à déposer des œufs dans ces cellules royales et qu’elles sont operculées, le processus est enclenché.Quelques jours plus tard, de jeunes reines vont naître. Amaigrie par l’arrêt de la ponte, l’ancienne reine peut désormais voler et accompagne l’essaim juste avant la naissance de celles qui la remplaceront. Ces princesses vont combattre à mort pour devenir la nouvelle reine-mère qui hérite de la ruche.

Avant de partir, chaque abeille se gave de miel afin de disposer d’assez d’énergie pour assurer la migration qui peut durer 3 jours. Le départ de l’essaim se fait à l’occasion d’un début d’après-midi ensoleillée, avec la moitié de l’effectif de la colonie (s’il s’agit d’un essaimage primaire). S’il ne fait pas trop froid, la reine peut être suivie par d’autres jeunes reines, il s’agit alors d’un essaim dit secondaire, tertiaire, etc.

 

Il ne peut y avoir qu’une seule reine par colonie.

Dans la ruche d’origine, la première reine qui naît tue immédiatement toutes ses rivales encore dans leurs cellules, sauf dans les colonies très importantes où les abeilles protègent les jeunes reines afin d’essaimer encore une ou deux fois. Une semaine plus tard, la nouvelle reine effectue son premier vol nuptial.

Une colonie peut produire, entre le début du printemps et le début de l’été, jusqu’à trois essaims. Ils sont dits « primaire », « secondaire » et « tertiaire », et comptent respectivement la moitié, le quart et le huitième de la population initiale de la ruche ; le contingent final dans la ruche est la différence (moitié, quart ou huitième).

Source: Wikipedia